planning-otherworldly

Dr Bruno DARMON

Le témoignage du Dr Gilbert Crussol

Rédigé par Dr Bruno Darmon Aucun commentaire
Classé dans : Témoignages Mots clés : aucun

Le Dr Gilbert Crussol fut chirurgien dentiste mais c’était un chirurgien dentiste très particulier et remarquable à plusieurs titres comme vous allez le voir. 
Il est aussi un peu l’équivalent français du dentiste américain, le Dr Meinig comme vous allez le constater en lisant son témoignage.

Le témoignage du Dr Crussol.


 

Dr Gilbert Crussol, 
Chirurgien-dentiste
19 rue Hoche
75008 Paris 

Paris, le 08/03/2000.
email : crussol@mac.com


Je soussigné Crussol Gilbert, chirurgien dentiste à Paris, fondateur de l’EAE, Européen Academy of Endodontie, en 1969, devenue depuis l’association Française d’Endodontie (science de la dévitalisation des dents).
J’ai reçu aux Etats-Unis, une formation d’endodontiste. J’ai exercé l’endodontie exclusive pendant dix ans. J’ai donné plus de 70 cours de deux jours à près de 3000 dentistes français et étrangers auxquels ont assisté des professeurs d’Université et des présidents du Conseil de l’Ordre. Ayant poursuivi ma propre formation sans aucune interruption, j’ai bientôt réalisé à partir de documents scientifiques irréfutables, l’extrême toxicité irréversible des dents dévitalisées, sans pour autant qu’elles ne montrent de signes cliniques dentaires, radiologiques ou même médicaux. Seule l’autopsie de la dent permet son analyse dans des laboratoires spécialisés et la mise en évidence de son caractère infectieux. Travaillant de concert avec de nombreux médecins, nous sommes persuadés que l’extraction de toutes les dents dévitalisées est l’attitude dentaire idéale et indispensable à tout traitement des maladies dégénératives. Il existe de nombreux sites internets sur le sujet. J’estime que ne pas proposer aux patients, l’élimination de tous les sites dentaires ou osseux infectieux, donc des dents dévitalisées, est une faute professionnelle.

 



Les commentaires du Dr Darmon .

 

Le Dr Crussol avait créé à Paris dans le 16ème arrondissement, un centre médical très luxueux, employant médecins et infirmières, qui obtenait des résultats formidables sur des affections graves et inguérissables selon la médecine.

Ce centre en totale indépendance avec la sécurité sociale, effectuait uniquement des traitements de chélation, c'est-à-dire des traitements de perfusion qui ont pour objectif d’éliminer les poisons du sang en les capturant par certains produits appelés chélateurs. En parallèle, les médecins du centre prescrivaient surtout de la vitamine C. On y conseillait aussi aux patients d’aller voir le dentiste, le Dr Crussol, afin d’éliminer leurs amalgames dentaires et leurs dents dévitalisées. Ce centre a fonctionné une douzaine d’années, et parfois traitait jusqu’à 120 personnes par jour.

Il a guéri des centaines de personnes grâce à cette démarche, surtout ceux qui enlevaient aussi leurs dents dévitalisées bien sûr. Il soignait une clientèle assez fortunée car les traitements étaient d’une part assez chers et d’autre part, rien n’était remboursé par la sécurité sociale. Une clientèle qui avait aussi une certaine ouverture d’esprit sur les traitements alternatifs à notre médecine actuelle, car il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour accéder à ce genre de traitements.

Aujourd’hui, le Dr Crussol étant à la retraite, ce centre s’est déplacé rue St Didier à Paris et n’est plus sous sa responsabilité. Pendant longtemps, le Dr Crussol n’a osé trop parler publiquement de sa méthode qui associait des techniques médicales de chélation, à des techniques très polémiques de dentisterie. Sa méthode était quand même assez en marge de la médecine actuelle qui s’intéresse plus souvent à donner des médicaments en vue de modifier des réactions biochimiques de l’organisme, plutôt que de désempoisonner l’organisme en laissant ensuite les mécanismes d’autoguérison se mettre en place. Sa clinique était connue certes mais comme elle ne coûtait rien à la sécurité sociale et que le Dr Crussol était assez discret, ma foi, on le laissait assez tranquille. Et cela, d’autant plus que c’était les médecins de la clinique qui conseillaient d’enlever les amalgames dentaires et les dents dévitalisées. Il ne faisait en fin de compte que réaliser des prescriptions médicales même si il était lui-même l’employeur des médecins qui effectuaient ces mêmes prescriptions médicales. C’était très astucieux de sa part pour éviter les ennuis avec son Conseil de l’Ordre. 

Peu de temps avant d’arrêter son exercice, alors qu’il ne risquait plus de persécutions de la part de l’Ordre des dentistes, il décida de s’exprimer librement sur le sujet épineux des dents dévitalisées, face à l’Ordre National des chirurgien dentistes. Il vint s’exprimer pour la défense du Dr Bruno Darmon, devant l’Ordre National des Chirurgien dentistes à Paris lors de son dernier procès. Mais en vain, comme nous le montre la décision de radiation du Dr Darmon en juin 2004. Le texte qu’il avait écrit auparavant, et qui précède, fut aussi fourni au Conseil de l’Ordre pour la défense du Dr Darmon, mais en vain encore une fois. Ce texte est très intéressant comme vous l’avez constaté, je pense.


 

 

Écrire un commentaire

Fil RSS des commentaires de cet article